• Tu m'as souri

    Tu m'as sourisTu m'as souri, tu m'as tendu les bras, les deux,
    Tu les a posés sur mes épaules, radieux,
    Tu m'as dit d'être fort, honnête et courageux,
    Quand ma tête était cernée de cieux orageux,

    Alors, en toute hâte j'ai prit tes poignets,
    J'ai serré mes mains, et toi ce que tu voyais,
    C'était que demain nous partirions en voilier,
    Mais tout ce que je voulais, c'était m'éloigner,

    Je préférait le silence, qui lui me comprend,
    D'emblée, sans science, il accepte quand je lui ment,
    Moi qui bâti des cités nuageuses, autant,
    Que d'épopées prometteuses en tuant le temps,

    Je préférait la solitude, ma meilleure amie,
    Qui dans les coups rudes et les malheurs de la vie,
    Était là pour me relever des infamies,
    "Tu es fort tu n'as pas besoins d'une famille".,

    Et je t'ai maudit de m'arracher de ses proches,
    C'était moi, ma survie, c'était ma seule approche,
    Dans ce monde tout roule avec un cœur de roche,
    Quand il n'y a qu'aux lointains prochains qu'on s'accroche,

    Tu m'as souri, tu m'as tendu les bras, les deux,
    Tu les a posés sur mes épaules, radieux,
    Tu m'as dit d'être fort, honnête et courageux,
    Quand ma tête était cernée de cieux orageux,

    J'ai fini par voir que tu venais pour m'étrangler,
    Comme un étranger qui s'invite pour manger,
    Qui vient pour déranger qui vient pour tout changer,
    Laissant la porte ouverte et les bagages sanglés,

    La lumière et l'air pure étaient insupportables,
    Une torture dont je te jugeait coupable,
    J'ai fermé la porte à ta venue secourable,
    Mais mettre un bon verrou, j'en étais incapable,

    Comme un misérable à qui on tend un grand plaid,
    Et qu'il tire à son ombre et non à son corps raide,
    J'ai raillé la personne qui m'est venu en aide,
    N'est ce pas l'une des attitudes les plus laides ?

    Mais chez moi, dans mon enclos aux barreaux hideux,
    Sur mes terres infertiles au terreau trop vieux,
    Ce malgré mes efforts d'en préserver les lieux,
    Tu as fleurit, des graines dans les mains, les deux.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :